L'épisode des parpaings à bancher m'a laissé une douleur lombaire telle que je ne peux honorer le RV pris avec un ami maçon de David qui devait m'aider à implanter mes fondations le Samedi 10 Novembre 2012.
J'attends donc quelques jours que mon dos retrouve un peu de verticalité et d'apaisement pour me lancer seule (pas tout à fait, Gilles m'aide mais n'est pas plus compétent que moi dans ce domaine)...

Le mardi 13 Novembre 2012, alors qu'il gèle à pierres fendre, nous entreprenons cette implantation.

Les formes de la maison ne sont pas des plus simples. En effet, pour rester dans la limite de la zone constructible tout en bénéficiant d'une plus grande longueur de façade au Sud et au Sud-Est, l'aile de la cuisine et de la chambre part en bias par rapport au rectangle du séjour.

J'ai découpé dans une plaque de contreplaqué cet angle afin d'avoir sur le terrain la mesure exacte.

Une équerre de maçon, une règle de 3m, cordeau et piquets de fer... Les mesures et axes sont difficiles à déterminer avec précision sur ce sol caillouteux, très irrégulier.

Mais la semelle, large de 60cm, supportera le décalage de 5 cm que nous obtenons au final.

L'implantation du mur de soubassement devra, elle, être beaucoup plus fine.

Il nous faut 4 heures et demi pour cette opération qui a bien ravivé mes douleurs lombaires.

 

Le matériel arrive le soir même :

ferraille pour les soubassements en parpaings à bancher (un rang sur l'essentiel de la semelle, 2 rangs au niveau de l'atelier situé plus bas), ciment, PVC pour les évacuations d'eaux grises, etc...

La journée s'achèvera avec la mise à jour de la comptabilité ...

Il faut à présent faire revenir une pelle pour creuser les fouilles.

Nous serons avec Gilles dès 7h30 le matin du 21 Novembre chez Jean Loubières pour être sûrs de le trouver et d'obtenir de lui une pelle et un conducteur d'engin car il n'a cessé de promettre et de repousser cette intervention...
Bien nous en a pris car il pensait encore décliner le RV. Il n'a pas de pelle et me suggère d'en louer une chez Laho. Il s'engage à nous envoyer Christophe, un de ses caristes virtuoses, en début d'après-midi.

Nous louons également une pilonneuse pour tasser la terre remise dans le trou côté séjour le long du mur mitoyen au fur et à mesure du remplissage. C'est Gilles qui pilote cette machine pendant que Christophe creuse et apporte de quoi remplir ...

Christophe, de l'entreprise Loubières, creuse les fouilles - 21 Novembre 2012
Christophe, de l'entreprise Loubières, creuse les fouilles - 21 Novembre 2012
Gilles à la pilonneuse - 21 Novembre 2012
Gilles à la pilonneuse - 21 Novembre 2012

Avant de remplir ces fouilles, nous nous employons à les vérifier. Celle du pilier derrière le poële est mal placée: nous devons recommencer l'implantation et Gilles s'emploie à creuser à la pioche le nouvel emplacement.
Certains bords s'étant affaissés, nous devons coffrer des portions de semelle.
Enfin, nous posons les longrines - ferraillage horizontal
- et les attentes - fers à béton posés verticalement aux angles et qui se solidariseront avec les parpaings à bancher du soubassement.

Nous réalisons les niveaux d'abord avec un lazer mais, l'horizontalité de l'appareil étant compromise à chaque rotation, nous terminons avec la règle de maçon et le niveau à bulle.

Lundi 26 Novembre, une première toupie des Bétons Théron nous devance sur le terrain en arrivant à 7h45 !

Le contenu est coulé en une heure et demi et comble une partie des longueurs de fouilles

Un autre camion viendra le lendemain achever ce travail pour lequel une bétonnière supplémentaire sera nécessaire.

Partagez votre site

ecohameaudandral.over-blog.fr

lhabicoque.jimdo.com